TEXTE D'HISTORIEN

Retour

Plusieurs joueurs sur le marché des échanges

État de compte

État de compte
Lettre de Mme Dionne

Lettre de Mme Dionne
Billet de banque

Billet de banque

Les modes de paiement au 19e siècle

À la fin du Régime français, les Canadiens utilisent des pièces de monnaie et des lettres de change pour effectuer leurs transactions. Mais à partir du Régime anglais en 1763, cette forme de papier-monnaie fictive perd toute valeur. Il faudra un demi-siècle avant que les Canadiens ne fassent à nouveau confiance à la monnaie de papier.

Les marchands anglais introduisent au Canada de nouvelles pièces de monnaie provenant des divers pays où ils se rendent. Ils paient leurs achats aux commerçants d'ici en devises étrangères. Si bien que le gouverneur doit établir des tables d'équivalence entre toutes ces pièces. De plus, pour financer l'effort de la guerre de 1812-1815 contre les Américains, des « billets de l'armée » sont émis par les autorités coloniales anglaises. Ces billets sont ensuite remboursés à leur pleine valeur, ce qui restaure la confiance du peuple envers la monnaie de papier. L'essor des banques en sera facilité tout au long du 19e siècle (1801-1900).

On a cependant toujours recours au troc, c'est-à-dire à l'échange de biens contre d'autres biens. Le marchand de morue John Le Boutillier s'assure ainsi de la fidélité de ses pêcheurs : ceux-ci reçoivent d'avance divers biens en échange de la morue qu'ils rapporteront.