Introduction

Séminaire de Québec - État général des fonds





En 1663, la Nouvelle-France est déjà une société embryonnaire, une colonie de peuplement avec une activité commerciale qui s'articule autour de la traite des fourrures. Ce pays neuf cherche son identité à travers les relations conflictuelles avec les populations autochtones et les préoccupations de la France sur son mode de vie, sa langue, sa religion, son éducation. C'est aussi l'année de la fondation du Séminaire de Québec, édifié en plein cœur de la colonie, par Mgr François de Laval.

Malgré les soubresauts du Régime français, l'établissement d'une nouvelle administration après la Conquête de 1759, la rébellion des Patriotes avec Louis-Joseph Papineau, l'impasse politique qui précède et accompagne la Confédération canadienne de 1867, les grandes guerres, la Révolution tranquille des années 60, jusqu'aux bouleversements engendrés par la disparition des frontières et l'avancement technologique qui modifie de plus en plus notre mode de vie, le Séminaire de Québec est toujours présent et bien vivant.

Plus de trois siècles d'histoire à découvrir. Les archives du Séminaire de Québec s'adresse à tous les curieux d'histoire. Cette publication présente des hommes, des événements, des lieux et nous révèle le rayonnement spirituel, culturel et pédagogique de l'institution. Des individus ont vécu dans ces solides murs de pierre, y ont réfléchi, ont éduqué, défendu leurs droits et ceux des autres. Ils ont été préoccupés et inquiets, ils ont ri et pleuré; ils ont participé à l'évolution de notre société et à l'écriture de notre histoire.

Fidèles à la tradition européenne des communautés religieuses, les prêtres du Séminaire, dès leur arrivée, tiennent des archives de manière à conserver la mémoire historique de leur communauté. À cet égard, il m'apparaît essentiel de faire un bref rappel historique de ce dépôt d'archives pour mieux en saisir toute l'importance. En septembre 1688, l'abbé Charles Glandelet produit le premier inventaire général des papiers du Séminaire, qui ont été conservés à la Procure jusqu'en 1882. Ce n'est qu'en 1938 qu'on permet aux étudiants et aux professeurs de l'Institut d'histoire de l'Université Laval d'avoir accès aux archives en vue de préparer mémoires et thèses. En 1983, ces archives, alors accessibles à tous, deviennent l'une des composantes des collections gérées par le Musée du Séminaire de Québec qui, en 1993, devient le Musée de l'Amérique française.

La richesse inestimable des archives du Séminaire de Québec est reconnue depuis longtemps par les chercheurs et les historiens. Afin d'officialiser cette reconnaissance, une demande d'agrément des archives du Séminaire de Québec est présentée, en 1989, au ministère des Affaires culturelles par monsieur Laurent Tailleur, prêtre du Séminaire et directeur du dépôt d'archives. À la suite de cette demande, le gouvernement du Québec reconnaît officiellement, le 16 août 1990, l'importance du patrimoine documentaire des archives du Séminaire de Québec en désignant le dépôt comme étant un centre d'archives privé agréé. Le Musée de la civilisation, en vertu d'un protocole d'entente avec le Séminaire de Québec en 1995, intègre le Musée de l'Amérique française à son administration et à ses activités de conservation et de diffusion. De ce fait, le Musée de la civilisation assume la pleine gestion des diverses collections du Séminaire de Québec, dont celle des archives.

C'est dans ce cadre que le Musée de la civilisation a produit et publie enfin cet ouvrage qui se veut un état général des archives du Séminaire de Québec. Demandée et attendue depuis longtemps, cette publication a nécessité un travail d'équipe, dont le défi a été le regroupement intellectuel de l'information, avec comme documents de base des fiches descriptives à la pièce. Produire Plus de trois siècles d'histoire à découvrir. Les archives du Séminaire de Québec a nécessité de longs mois de travail pour regrouper l'information, établir le contexte de création, rebâtir un plan de classification qui respecte davantage les fonctions et les activités du Séminaire, et ce, sans modifier le rangement physique des documents. Nous avons dû adapter la méthodologie de travail, enrichir les contenus par des recherches et des vérifications, questionner, préciser, revoir et modifier encore pour enfin réussir à rédiger et à faire vivre l'histoire du Séminaire de Québec.

Les prêtres ont perpétué, à travers leurs écrits, la tradition d'excellence de cette maison d'enseignement. Bien sûr, on y a formé des prêtres, mais on y a aussi formé le noyau d'une élite canadienne-française qui allait occuper la plupart des structures politiques et économiques du pays. L'information, révélée par ces archives, déborde largement l'histoire du Séminaire de Québec puisqu'elle contribue aussi à illustrer l'évolution historique et intellectuelle de la culture française en Amérique du Nord.

Cette institution de prestige a constitué un patrimoine archivistique exceptionnel au fil du temps et des événements. Nous sommes fiers de vous présenter le résultat de ce projet intitulé Plus de trois siècles d'histoire à découvrir. Les archives du Séminaire de Québec et souhaitons que cet ouvrage contribue à mieux faire connaître les multiples facettes de la vie du Séminaire de Québec et à faire découvrir des témoins du passé, parfois insoupçonnés, qui vivent dans ces archives.


Le directeur du Service des collections et des archives historiques

Pierre Bail


haut de page