La venue du traité de Paris 1763

Tuesday Sep 16 2014

La venue du traité de Paris 1763 et de ses documents afférents à Québec, plus précisément au Musée de la civilisation, est maintenant officielle puisque l'entente entre les gouvernements québécois et français a été ratifiée aujourd'hui.

LE TRAITÉ DE PARIS TROUVE ÉCHO DANS LES ARCHIVES DE RÉFÉRENCE DES MUSÉES DE LA CIVILISATION

 

La venue du traité de Paris 1763 et de ses documents afférents à Québec, plus précisément au Musée de la civilisation, est maintenant officielle puisque l'entente entre les gouvernements québécois et français a été ratifiée aujourd'hui par la ministre des Relations internationales et de la Francophonie, Mme Christine St-Pierre et par le Consul général de France à Québec, M. Nicolas Chibaeff de même que par la ministre de la Culture et des Communications et ministre responsable de la Protection et de la Promotion de la langue française, Mme Hélène David et par le directeur général des Musées de la civilisation, M. Michel Côté.

Ce dernier, qui a entériné l'entente à titre d'institution hôte et responsable du précieux traité présenté pour la première fois en Amérique du Nord a souligné que « l'exposition d'un document ayant une si grande portée historique et symbolique cadre parfaitement avec le projet culturel des Musées de la civilisation qui est notamment de faire réfléchir à l'impact des gestes passés sur l'évolution d'une société qui se structure. Grâce à une approche pluridisciplinaire alliant animation et conférences approfondies, c'est tout le contexte de sa ratification par les grandes puissances de l'époque qui sera mis en relief, permettant ainsi d'en saisir certains aspects méconnus ».

La conservation et la diffusion des archives de référence : une préoccupation constante et prioritaire

Michel Côté a profité de l'occasion pour faire la lumière sur le vaste chantier de mise à niveau des archives que conserve son institution dont le Fonds du Séminaire de Québec, 1623-1800, inscrit au prestigieux registre Mémoire du monde de l'UNESCO depuis 2007. « Correspondance précieuse, cartes, plans, photos, œuvres d'art sur papier ou livres rares et anciens, chaque pièce est empreinte d'une valeur historique inestimable et nécessaire à la compréhension de ce que nous sommes en tant que société. L'enjeu de leur conservation est majeur car la pérennité de notre mémoire collective en dépend. »

À la suite d'un rapport inquiétant de la part d'experts du Centre de conservation du Québec et ne souhaitant pas attendre un incident irréparable, les Musées de la civilisation ont amorcé une réflexion et une planification sérieuses en 2010. Des conditions de conservation inadéquates ou simplement inexistantes, des réserves remplies au-delà de leurs capacités ont très rapidement été pris en considération pour l'élaboration d'un rigoureux protocole d'intervention. Grâce à une subvention spéciale octroyée par le ministère de la Culture et des Communications, d'importantes étapes d'inventaire, de documentation, de stabilisation, de conservation préventive ainsi que de numérisation ont été établies sur un échéancier de plusieurs années afin d'augmenter la viabilité, l'accessibilité et la diffusion des précieux documents pour les générations futures.

Ainsi, sur les 347 000 pièces composant les différentes collections d'archives des Musées de la civilisation, quelque 190 000 pièces subiront un traitement particulier. Nombre d'entre elles sont de véritables trésors nationaux tels une carte dessinée en 1613 par Champlain, des livres enluminés du XVIe siècle, des gravures hollandaises réalisées vers 1600 et un dictionnaire manuscrit en langue française et huronne-wendat de 1692.

Des archives de la collection nationale en lien avec le traité de Paris de 1763

Par ailleurs, la venue du traité de Paris de 1763 offre une chance unique aux Musées de la civilisation de mettre en valeur certaines de ses archives de référence, témoins éloquents de cette époque de turbulences : le journal manuscrit (1757 – 1759) de l'abbé Richer, curé de Québec, une lettre du dernier lieutenant-gouverneur de la Nouvelle-France, le marquis de Vaudreuil, en 1759, la Une, du 21 juin 1764, du premier journal du Québec The Québec Gazette / La Gazette de Québec.

L'événement Rares et Précieux. Le traité de Paris 1763 sera présenté, du 23 septembre au 2 octobre, de 10 h à 17 h. Il est possible de réserver sa place pour assister aux exposés animés et aux conférences au Musée de la civilisation en composant au 418 643-2158. Les détails sont disponibles au www.mcq.org.

Le traité de Paris de 1763 et ses documents afférents sont présentés pour la première fois en Amérique du Nord, au Musée de la civilisation, grâce à un prêt exceptionnel consenti par le gouvernement de la République française au gouvernement du Québec.

 

- 30 -

 

Relations de presse : Agnès Dufour, 418 528-2358; courriel : adufour@mcq.org

– Musée de la civilisation –

85, rue Dalhousie
Quebec City (Québec) G1K 8R2
T. 418 643-2158
Toll-free 1 866 710-8031

– Musée de l'Amérique –
francophone

2, côte de la Fabrique
Quebec City (Québec) G1R 3V6
T. 418 643-2158
Toll-free 1 866 710-8031