7 Péchés

Tuesday Oct 13 2009

Le bonhomme Wells est avare. Le vieux Stanislas est colérique. Janvier est envieux. Baba Ghannouj est gourmande. Thérèse s'est enlisée dans la luxure. Armand est orgueilleux. Et le Roi des paresseux est... paresseux.

Inauguration de 7 péchés. Quand le Musée parle au Diable!

Une exposition qui porte la signature distinctive du Musée de la civilisation

Du 14 octobre 2009 au 2 janvier 2011

La directrice générale du Musée de la civilisation, madame Claire Simard, a inauguré aujourd'hui l'exposition 7 péchés. Quand le Musée parle au Diable!, en présence du metteur en scène Martin Larocque et des conteurs québécois (Anne-Marie Olivier, Lucie Bisson, Yvan Bienvenue, Jocelyn Bérubé et François Lavallée – Michel Faubert et Renée Robitaille étant retenus à l'extérieur) qui ont collaboré à cette grande exposition qui porte la signature distinctive du Musée.

Le bonhomme Wells est avare. Le vieux Stanislas est colérique. Janvier est envieux. Baba Ghannouj est gourmande. Thérèse s'est enlisée dans la luxure. Armand est orgueilleux. Et le Roi des paresseux est... paresseux. Sept péchés capitaux, sept conteurs talentueux, plus de 250 objets judicieusement choisis dans les collections nationales et une mise en espace remarquable, voilà les éléments qui composent la toute nouvelle exposition du Musée de la civilisation : 7 péchés. Quand le Musée parle au Diable!, présentée du 14 octobre 2009 au 2 janvier 2011.

« L'orgueil, l'avarice, la luxure, l'envie, la gourmandise, la colère, la paresse… Encore aujourd'hui, même si la société québécoise s'est considérablement affranchie de la doctrine enseignée par le clergé pendant des décennies, les sept péchés capitaux sont toujours d'actualité. Quel beau prétexte pour réaliser une exposition mettant en valeur, de façon fort originale, les objets de la collection nationale dont le Musée de la civilisation a la garde, quelle magnifique rencontre entre la culture matérielle et la culture orale, a souligné la directrice générale du Musée de la civilisation, madame Claire Simard. Voilà, encore une fois, un thème et une façon de faire qui siéent totalement au Musée de la civilisation. C'est une exposition dont je suis très fière et qui représente bien la signature distinctive du Musée », a conclu madame Claire Simard.

7 péchés, 4 conteurs, 3 conteuses

Pour réaliser cette exposition, le Musée a choisi de tenter le diable en confiant à sept conteurs québécois la mission d'imaginer un récit s'inspirant de l'un des sept péchés capitaux et d'illustrer son conte au moyen d'objets tirés des collections muséales. Avec le support de quelque 250 objets, chaque conte prend vie, d'après une mise en scène de Martin Larocque.

Les conteurs approchés sont représentatifs du large éventail de genres que regroupe actuellement le conte québécois. Chacun d'eux a arpenté la Réserve muséale de la Capitale nationale, à la recherche des objets (50 objets maximum) pouvant illustrer le péché capital qui lui a été attribué par tirage au sort. Anne-Marie Olivier a hérité de l'avarice, Lucie Bisson de la colère, Yvan Bienvenue de l'envie, Renée Robitaille de la gourmandise, Michel Faubert de la luxure, Jocelyn Bérubé de l'orgueil et François Lavallée de la paresse.

250 objets, toutes époques et tous genres confondus

Tous les grands secteurs de la collection nationale ont été visités par les sept conteurs et conteuses. Qu'il s'agisse de mobilier, de textiles, d'objets religieux ou d'utilité courante, d'art populaire, de jouets, les objets qu'ils ont sélectionnés ont nourri leur imaginaire. Mieux encore, ils ont touché leur cœur. Car, qu'ils soient humbles ou chargés de fierté, de facture artisanale ou industrielle, délicats ou rustiques, ils demeurent des témoins d'une époque, d'un mode de vie ou d'une manière de faire. Ici, ils illustrent un péché!

Chaque conte comporte un objet fétiche, entouré d'autres objets signifiants. Pour l'avarice, l'objet fétiche est une sculpture d'art populaire, une mouffette, à laquelle s'ajoutent une courtepointe et un coffret à missel, entre autres. La colère permet de mettre en évidence un moule à sucre artisanal ainsi qu'un banc-lit et une glacière. L'envie montre une sculpture (La petite école), un miroir et son reflet (objet d'envie); la gourmandise, un peigne (objet fétiche), une marmite et un couvre-plat; l'orgueil, deux sculptures de paons (objets fétiches), un chapeau et un buffet victorien; la luxure, un chapeau (objet fétiche), un miroir à crochets et un déshabillé; la paresse, la figure de proue d'un navire (objet fétiche) et un coffre. Pour en savoir davantage sur chacun des 250 artefacts présentés, les visiteurs ont accès à un catalogue virtuel diffusé sur 7 écrans tactiles informatiques.

Une exposition... unique

Dès l'entrée en salle, le visiteur, muni d'un casque d'écoute, est brièvement informé du déroulement de l'exposition. Puis, sept petites scènes brillamment aménagées s'échelonnent sur l'ensemble du parcours de l'exposition et font découvrir les objets sélectionnés par chacun des conteurs. Entourés de tissus noirs transparents qui en délimitent l'espace, ces scènes composent sept univers spécifiques dans lesquels les visiteurs sont invités à prendre place sur des sièges confortables pour entendre et voir la prestation de chacun des conteurs, mais surtout admirer la scénographie particulière à chacune des scènes. Un important dispositif favorise la mise en place d'effets sonores et visuels minutieusement programmés informatiquement. Pour chaque conte, les objets prennent vie les uns après les autres, sous un éclairage étudié, en suivant la trame narrative de celui-ci.

Entre deux scènes, le visiteur, toujours muni de son casque d'écoute, peut entendre des discussions anodines entre des visiteurs imaginaires. De quoi parlent-ils? De péchés!

7 péchés : un livre, un microsite et un concours

Une publication avec DVD de la maison d'édition Planète rebelle, 7 péchés. Quand le Musée parle au Diable!, coproduite avec le Musée de la civilisation, complète à merveille cette exposition, tout comme le microsite conçu spécifiquement par le Musée pour l'exposition (www.mcq.org/7peches). Par ailleurs, l'hebdomadaire culturel VOIR Québec collabore avec le Musée en créant un microsite doublé d'un concours sur ce thème. D'ici mai prochain, les lecteurs découvriront le « péché du mois » sur le microsite : www.voir.ca/7peches et courront la chance de gagner des prix.

7 péchés. Quand le Musée parle au Diable! Une exposition incontournable, présentée au Musée de la civilisation à Québec, du 14 octobre 2009 au 2 janvier 2011.

 

-30-

 

Relations de presse : 

Serge Poulin, 418 528-2072; courriel : spoulin@mcq.org

– Musée de la civilisation –

85, rue Dalhousie
Quebec City (Québec) G1K 8R2
T. 418 643-2158
Toll-free 1 866 710-8031

– Musée de l'Amérique –
francophone

2, côte de la Fabrique
Quebec City (Québec) G1R 3V6
T. 418 643-2158
Toll-free 1 866 710-8031