du 6 nov 2013 au 17 août 2014


Haïti In Extremis


Exposition - Musée de la civilisation

- Lieu -

Musée de la civilisation

85, rue Dalhousie
Québec (Québec)  G1K 8R2
T. 418 643-2158
S. F. 1 866 710-8031

Directions

Musée de la civilisation

Musée de la civilisation

85, rue Dalhousie
Québec (Québec)  G1K 8R2
T. 418 643-2158
S. F. 1 866 710-8031

Directions

- Date -

du 6 nov 2013 au 17 août 2014

- Tarifs -

Tarifs

Adultes
16 $
Aînés (65 ans et plus, avec carte)
15 $
Étudiants (avec carte)
10 $
12 à 16 ans
5 $
11 ans et -
0 $

Consulter
les prix

Adultes
16 $
Aînés (65 ans et plus, avec carte)
15 $
Étudiants (avec carte)
10 $
12 à 16 ans
5 $
11 ans et -
0 $

Haïti In Extremis

Mort et vie dans l'art haïtien du 21e siècle

Soyez témoins de l'interprétation saisissante, parfois déroutante, des artistes haïtiens contemporains de leur univers tumultueux. Une centaine d'œuvres vous feront découvrir Bawon Samdi et les Gede, des esprits vaudou reliés à la mort, à la sexualité et à la régénération.

Découvrez des artistes engagés, qui nous plongent au cœur d'un univers insoupçonné. Leurs créations sont empreintes d'une culture où la vie et la mort s'entremêlent dans une dérision désarmante.

Des œuvres percutantes

Sujet de plusieurs œuvres, les Gede, des esprits divins vaudou incarnant autant la mort, par des crânes ou des ossements, que la vie, par des attributs sexuels mâles démesurés, sont prédominants. Ils inspirent des œuvres aux techniques variées : textile, peinture, sculpture, techniques mixtes et multimédia.

Les textes nous permettent de comprendre que dans la culture haïtienne, la vie et la mort sont imbriquées l'une dans l'autre. « Il n'y a pas de mort sans la vie, il n'y a pas de vie sans la mort », a écrit le sculpteur André Eugène. Même la matière a droit à une deuxième vie, car plusieurs pièces sont faites à partir de matériaux de récupération.

Artistes établis et émergents

Parmi les artistes présentés :

●Mario Benjamin

●Maksaens Denis

●Frantz Zéphirin

●Mirlande Constant

●David Boyer

●ainsi que le collectif Atis Rezistans (artistes résistants)

Les artistes André Eugène, Jean Hérard Céleur et Frantz Jacques, dit Guyodo, furent les initiateurs de ce collectif. Ils ont été rejoints par Jean Claude Saintilus, Alphonse Jean Junior, dit Papa Da, Jean Baptiste Gétho et d'autres artistes du voisinage.

Le collectif Atis Rezistans est mieux connu sous le nom « Les artistes de la Grand Rue », en référence à la rue principale du centre-ville de Port-au-Prince.  

Cet endroit est un véritable labyrinthe, à la fois lieu de vie et lieu de création, il offre aux artistes tout le matériel de récupération souhaité.

Également, l'exposition permet de découvrir des artistes haïtiens contemporains de Montréal :

●Manuel Matthieu

●Marie-Hélène Cauvin

●Killy

Adaptée par le Musée de la civilisation d'après une idée du Fowler Museum à UCLA (University of California, Los Angeles). Logos du Journal Le Soleil et du Fairmont le Château Frontenac

Alcoa est le partenaire de l'ensemble de la programmation des expositions.

- NOTES -

Langue(s) : Français, Anglais