Panoramiques : Place de Paris

125
Vous avez besoin d'installer le plugiciel Adobe Flash pour voir ce contenu dans la page Web.

Télécharger Adobe Flash Player

Batterie Royale

En 1690, les Anglais de la Nouvelle-Angleterre mènent une offensive pour conquérir la Nouvelle-France. C’est ainsi que le major William Phips parvient devant Québec et exige la reddition de la ville. Le gouverneur Frontenac lui renvoie alors sa célèbre riposte : « Je n’ai point de réponse à faire que par la bouche de mes canons! » Phips lève le siège, mais Frontenac est persuadé que les Britanniques vont revenir à la charge. Pour mieux assurer la défense de Québec, il fait construire une nouvelle batterie en forme de demi-cercle qui permet aux soldats et à leurs canons de suivre le trajet des navires qui s’avancent sur le fleuve.

La batterie Royale, ainsi appelée en l’honneur du roi Louis XIV qui la finance, ne subira son premier assaut qu’en 1759, année de la Conquête.

En 1763, ne servant plus à des fins militaires, la batterie est transformée en débarcadère.  Au 19e siècle, elle disparaît peu à peu sous les constructions et les remblayages successifs. Remise à jour lors de fouilles archéologiques, elle est restaurée en 1977.

Diaporama

Vous avez besoin d'installer le plugiciel Adobe Flash pour voir ce contenu dans la page Web.

Télécharger Adobe Flash Player