Jacques Cartier (1491 - 1557)

1534-1542

Jacques Cartier est né à Saint-Malo, en 1491. Il aurait visité les Amériques espagnoles et brésiliennes avant de s’intéresser au Canada. En 1534, le roi François 1er l’envoie en exploration.

Cartier atteint Terre-Neuve, aperçoit les îles de la Madeleine et l’île du Prince-Édouard. Puis il débouche dans le golfe du fleuve Saint-Laurent et se rend à Gaspé. C’est là qu’il croise pour la première fois des Amérindiens, probablement des Micmacs. Après avoir érigé une croix à Gaspé, il développe des rapports étroits avec les Iroquoiens de Stadaconé venus y pêcher. Leur chef Donnacona accepte de laisser ses fils à Cartier jusqu’à l’année suivante.

En 1535, grâce aux fils de Donnacona qui le guident, Cartier pénètre à l’intérieur du fleuve Saint-Laurent jusqu’à Stadaconé. Il fait construire l’habitation de Sainte-Croix, près de la rivière Saint-Charles, pour y hiverner. De là, il s’achemine vers Hochelaga. Il explore la région, puis revient à Sainte-Croix. Parce qu’il entreprend des pourparlers avec d’autres chefs, Cartier se brouille avec les Iroquoiens de Stadaconé. Les tensions atteignent un seuil critique en 1536 lorsque Cartier et ses hommes s’emparent de Donnacona et de ses fils pour les transporter en France dont ils ne reviendront jamais.

En 1540, le roi ordonne à Jean-François de La Rocque de Roberval de fonder une nouvelle habitation et de poursuivre les explorations. L’année suivante, Cartier devient son lieutenant. De retour à Stadaconé après des années d’absence, il annonce le décès de Donnacona et ment au sujet des autres Amérindiens expatriés, puis s’établit à Charlesbourg-Royal. Croyant avoir découvert or et diamants (qui étaient en fait de la pyrite et du quartz), il part en France en 1542. Sa supposée découverte de pierres précieuses donne naissance à l’expression « faux comme diamants de Canada ». Il ne reviendra jamais en Amérique et mourra à Saint-Malo en 1557.

SUGGESTIONS DE LECTURE

BRAUDEL, F. (dir.). Le monde de Jacques Cartier : l’aventure au XVIe siècle, Montréal et Paris, Libre Expression et Berger-Levrault, 1984.

CARTIER, Jacques. Voyages au Canada, suivis du voyage de Roberval, Montréal, Comeau et Nadeau, 2000.

JACOB, Y. Jacques Cartier : de Saint-Malo au Saint-Laurent, Paris, Éditions maritimes d’outre-mer, 1984.

TRUDEL, Marcel. « Cartier, Jacques », Dictionnaire biographique du Canada, t. I : « De l’an 1000 à 1700 », Québec, Les Presses de l’Université Laval, 1967, p. 171-177.