Louis de Buade, comte de Frontenac (1622 - 1698)

1672-1698

Né en 1622 à Saint-Germain, près de Paris, Louis de Buade, comte de Frontenac et de Palluau, fait partie d’une famille noble influente et a pour parrain le roi Louis XIII. Suivant les traces de son père, il devient militaire de carrière. Il participe d’abord à la guerre de Trente Ans en Europe et combat en Crète. Blessé au cours d’une bataille, il obtient une pension royale et le titre de maréchal de camp.

La carrière canadienne de Frontenac débute en 1672. Nommé gouverneur général de la Nouvelle-France, il s’établit à Québec. Sur place, son tempérament bouillant et des luttes de pouvoir au sein des élites coloniales – notamment avec le Conseil souverain, l’intendant et l’évêque – le mettent dans l’embarras. De plus, il ravive des tensions avec les peuples iroquois par ses agissements et les actions qu’il ordonne d’entreprendre lors d’explorations et d’expéditions commerciales vers l’ouest. Dix ans après son arrivée, les autorités royales lui ordonnent de revenir en France pour rendre des comptes, puis lui retire sa gouvernance générale.

Néanmoins, en 1689, Frontenac reçoit la délicate mission de préparer une double attaque, à la fois contre Albany (ville anglaise alliée des Iroquois) et contre les Iroquois. Il revient alors à Québec à titre de gouverneur.

Finalement, les plans changent et Frontenac envoie des troupes pour attaquer trois petits villages anglais en 1690. Plus tard dans la même année, le siège de Phips à Québec est mené par des coloniaux anglais en réaction à ces expéditions destructrices et meurtrières.

Frontenac cause l’indignation parmi les Outaouais, anciens alliés des Français, en négociant avec leurs ennemis sioux. Il s’attire aussi la colère des Iroquois en organisant et en commandant une imposante expédition de guerre en Iroquoisie. La diplomatie franco-amérindienne lui apporte son lot de tracas. Cependant, ses rivalités avec l’intendant et les autorités coloniales lui causeront encore plus d’ennuis.

Gravement malade, le comte de Frontenac décède en 1698 à Québec.

SUGGESTION DE LECTURE

ECCLES, W. J. « Buade de Frontenac et de Palluau, Louis de », Dictionnaire biographique du Canada, t. I : « De l’an 1000 à 1700 », Québec, Les Presses de l’Université Laval, 1967, p. 137-146.

En savoir plus

Parcours des lieux

Thèmes