Louis-Joseph de Montcalm (1712 - 1759)

1756-1759

Louis-Joseph de Montcalm voit le jour en 1712 au château de Candiac, près de Nîmes en France. Descendant d’une famille noble influente, il s’oriente très tôt vers une carrière militaire. Il reçoit en effet le grade d’enseigne d’un régiment – ce qui fait de lui le porteur des armoiries des troupes –  avant l’âge de 10 ans et celui de capitaine à 17 ans!

Pendant une trentaine d’années, Montcalm participe à différentes batailles en Europe lors des guerres de la Succession de Pologne et de la Succession d’Autriche. La paix revenue, il est promu maître de camp et, peu après, demande et obtient une pension royale. Il accepte de reprendre du service après avoir appris la capture du commandant des troupes régulières françaises en Nouvelle-France, Jean-Armand Dieskau, par les Britanniques en 1755.

Envoyé comme maréchal de camp, Montcalm doit collaborer avec les autorités coloniales en place. Rapidement, toutefois, ses opinions divergent de celles de Pierre Rigaud de Vaudreuil, gouverneur général de la colonie et premier responsable du commandement militaire en poste. Sur place, Montcalm dirige d’abord des assauts victorieux contre le fort Oswego en 1756 et, l’année suivante, contre le fort William Henry. En 1758, il commande lors d’une victoire défensive exceptionnelle au fort Carillon : moins de 4 000 miliciens canadiens et Amérindiens alliés repoussent alors quelque 15 000 Britanniques (troupes régulières et miliciens coloniaux).

L’année 1759 sera moins glorieuse. Les désaccords de Montcalm avec le gouverneur général nuisent à leur relation et à leur collaboration. Le 13 septembre, lorsqu’il apprend que 4 500 soldats britanniques sont postés sur les plaines d’Abraham, Montcalm tarde à réagir, mais il refuse d’attendre les renforts commandés par Vaudreuil, venant de Beauport, et par Bougainville, partis de Cap-Rouge. Il donne l’assaut contre un ennemi mieux posté et mieux préparé. Blessé au cours de la défaite, il décède à Québec durant la nuit.

SUGGESTION DE LECTURE

ECCLES, W. J. « Montcalm, Louis-Joseph de », Dictionnaire biographique du Canada, t. III : « De 1741 à 1770 », Québec, Les Presses de l’Université Laval, 1974, p. 495-507.