Version imprimable

Centre d’interprétation de Place-Royale

De 1989 à aujourd’hui

Révéler l’histoire de Place-Royale autrement

Place-Royale, lieu d’interprétation historique, est animée par les soins du ministère des Affaires culturelles à compter de la fin des années 1970. En 1989, le Ministère confie au Musée de la civilisation la responsabilité d’accueillir et d’informer le public en saison estivale, de présenter des expositions et des activités éducatives dans des maisons historiques et de tenir des activités culturelles en plein air. Le Musée propose alors de nouvelles avenues pour un site ancien…

Le projet du Musée consiste à concentrer l’interprétation de Place-Royale dans un seul lieu et à y rassembler toutes les activités de la programmation. Il est prévu que ce bâtiment permettra d’enrichir l’éventail des animations et ateliers proposés et d’accueillir le public à longueur d’année. Cette option présente d’autant plus d’intérêt qu’en 1990 un incendie a ravagé la maison Hazeur en plein centre de Place-Royale, laissant les lieux assombris par des façades placardées.

Le choix des maisons Hazeur-Smith pour loger le nouveau Centre est adopté. La première des deux maisons a été construite à la demande de François Hazeur en 1684. À l’époque, on disait de sa maison que c’était la plus belle de la place. La seconde maison a été bâtie au 19e siècle sur l’ancien lot de Hazeur par Charles Smith père.

Inauguré le 18 novembre 1999, le Centre d’interprétation de Place-Royale se trouve dans le bâtiment moderne intégré aux maisons Hazeur-Smith – prouesse architecturale – situé à quelques pas de l’endroit où Samuel de Champlain a fondé le premier établissement français permanent en Amérique en 1608.

Accueillir le visiteur à l’intérieur… pour l’entraîner vers l’extérieur

Doté de larges fenêtres et d’espaces lumineux, le Centre d’interprétation de Place-Royale mise sur la transparence et la perméabilité entre l’intérieur et l’extérieur : loin de vouloir retenir le visiteur en ses murs, le Centre s’ouvre sur Place-Royale et donne des clés pour mieux apprécier le site historique et sa dimension patrimoniale. Les expositions privilégient l’authenticité des vestiges et des collections. Elles ont aussi pour objet de donner vie aux grands personnages et aux gens de condition plus modeste qui ont façonné Place-Royale au fil du temps.

Vivre en 3 dimensions la rencontre avec Samuel de Champlain

Le visiteur du Centre d’interprétation de Place-Royale est convié à une rencontre inusitée : Champlain retracé, une œuvre en 3 dimensions est une exposition présentée en collaboration avec l’Office national du film du Canada. Le film a été réalisé en stéréoscopie par le cinéaste Jean-François Pouliot à l’occasion des célébrations du 400e anniversaire de Québec, en 2008. La rencontre avec Champlain, au-delà du temps et de l’espace, s’appuie sur une technologie dont les effets spectaculaires servent les fins d’une histoire insolite. Il s’agit ici d’un face-à-face plein de rebondissements entre une jeune artiste peintre d’aujourd’hui et le navigateur et père de la Nouvelle-France…

L’exposition présente aussi une impressionnante maquette réalisée par Michel Bergeron. Son œuvre reconstitue Québec en 1635, année de la mort de Champlain. Le décor permet, avant toute chose, de mesurer la fragilité du petit établissement et laisse deviner la résistance et la ténacité de ses premiers habitants français.

Des vestiges archéologiques datant d’entre 3 000 et 2 000 ans avant Jésus-Christ peuvent être vus par le public pour la première fois. Preuves tangibles que les Amérindiens fréquentaient les rives du Saint-Laurent bien avant l’arrivée des Européens, ces objets donnent, en quelque sorte, la parole aux tout premiers occupants des lieux. Avec le respect que Champlain portait aux traditions amérindiennes, il y a fort à parier qu’il aurait suggéré qu’une rencontre avec lui-même en 3 dimensions permette de voyager ainsi encore plus loin dans le temps…

SUGGESTIONS DE LECTURE

CÔTÉ, R. Place-Royale, quatre siècles d’histoire, texte révisé et augmenté par Mathieu d’Avignon, Montréal et Québec, Fides et Musée de la civilisation, 2000.

LEBEL, Jean-Marie. Le Vieux-Québec : Guide du promeneur, Sillery, Septentrion, 1997.